60 millions de consommateurs alerte sur les dérives du bio

Écrit par Jean Blaquière / Le FigaroRamène ta fraise

28 Août, 2019

Le magazine 60 millions de consommateurs a publié à l’été 2019 un hors-série consacré aux produits bio. Après avoir testé plus de 130 produits, le verdict est sans appel: tous les produits ne se valent pas, et le marché du bio pas cher est l’objet de nombreuses dérives.

60 millions de consommateurs alerte sur les dérives du bio

Il ne faut pas se fier à la couverture verte du magazine ainsi que son titre, «le meilleur du bio»: le principal enjeu du hors-série d’été de 60 millions de consommateurs publié ce mercredi est justement de déceler le pire des produits bio, ceux qui ne tiennent pas leurs promesses. Et ils sont nombreux.

Le magazine publié par l’Institut national de la consommation a passé en revue plus de 130 aliments bio de grande consommation, des yaourts aux jus de fruits en passant par les œufs et le jambon. Résultat: les seuls produits labellisés bio auxquels on peut réellement faire confiance sont les fruits et légumes, dont le magazine salue les progrès (même si tout n’est pas parfait), particulièrement en ce qui concerne les pommes et les bananes bio.

Main basse de l’industrie sur le bio

Pour le reste des produits alimentaires, c’est autre chose. Si le label bio est censé garantir un produit bon pour la santé et respectueux de l’environnement, il fait plus souvent figure d’argument marketing qu’autre chose. De surcroît, l’obtention du précieux label Agriculture Biologique (AB) entraîne généralement une augmentation du prix que la directrice en chef adjointe de la rédaction, Christelle Pangrazzi, déplore. En cause? Une démocratisation du bio qui entraîne une prise d’assaut de ce nouvel eldorado vert par les mastodontes de l’industrie agroalimentaire et de la grande distribution. Ces derniers verraient en l’essor du bio une manière de se racheter une conscience et d’augmenter leurs marges sans trop faire d’efforts, selon le magazine. Ainsi, la grande distribution commercialise désormais la moitié des produits bio.

De fait, les derniers chiffres publiés ce mardi par l’Agence Bio montrent que l’activité biologique couvre désormais en France 7,5% de la surface agricole utile du pays et que 10% des agriculteurs travaillent en bio. Les ventes, quant à elles, augmentent de plus de 10% par an alors que le reste du marché alimentaire est à la baisse. C’est encore plus flagrant dans la filière de l’élevage où l’an dernier les ventes en volume ont reculé de 2,9% mais bondi de 55% pour les élevages dits «responsables». Le marché du bio représente ainsi 5% des achats alimentaires des Français, avec plus de 10 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

ard au Jura, des kyrielles de cantines scolaires se remettent à la cuisine ! Qu’elles servent 80 couverts par jour à Langouet (Ille-et-Vilaine), 4.000 à Avignon ou 25.000 à Nice, elles lâchent toutes les plats industriels à réchauffer pour proposer plus de fait-maison et des produits de meilleure qualité.

Les pouvoirs publics poussent en ce sens : la loi adoptée en octobre 2018 astreint la restauration collective publique à servir au moins 50% de produits durables ou de labels de qualité, avec un minimum de 20% de produits bio, d’ici 2022. Mais ce sont surtout les parents qui se font entendre, lassés de voir leurs enfants rentrer de l’école le ventre quasi vide, après un déjeuner médiocre. «Nous nous sommes rendu compte que les aliments étaient gavés de conservateurs et de sucre, que les fonds de sauce étaient tous industriels…», tempête Anne Renaudie, à l’origine du collectif «Les enfants du 18 mangent ça», à Paris. En France, chaque année, des milliards sont dépensés pour nourrir 7 millions d’enfants… mais beaucoup partent à la poubelle : près de 25% des repas servis sont jetés, selon l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie). 

Finis les plats tout préparés

Pour comprendre, il faut remonter aux années 1980, quand les collectivités ont commencé à massifier les productions de repas dans de grandes cuisines centrales, à multiplier les achats de plats industriels prêts à l’emploi ou à recourir à des sociétés de restauration collective privées… Souvent avec de bonnes raisons, tant la cantine scolaire est un casse-tête et une lourde responsabilité. «Face à des normes d’hygiène drastiques, beaucoup ont jugé plus prudent de s’appuyer sur des pros du secteur», explique la journaliste Sandra Franrenet dans Le Livre noir des cantines scolaires. Mais voilà, les papilles des enfants ne s’y retrouvent pas toujours, les recettes et quantités servies ne collent pas forcément aux besoins, le gaspillage s’envole… Nombre de collectivités font donc machine arrière et, surprise, cela ne leur coûte pas forcément plus cher. Voyez à Avignon, où la mairie a repris la gestion du service en direct et relancé le fait-maison. «Nous avons économisé de 500.000 à 600.000 euros par an, explique Hugues Fortuna, directeur de la cuisine centrale de la ville. Mais cela demande un gros travail de réinvention.»

Lire la suite de l’article sur Le Figaro 

Photo Stephane Grangier pour Capital. 

 

8 Commentaires

8 Commentaires

  1. Wow, awesome blog layout! How lengthy have you ever been blogging for?

    you made blogging look easy. The entire look of your web site is excellent, let alone
    the content material! You can see similar here najlepszy sklep

  2. Hey! Do you know if they make any plugins to assist with SEO?
    I’m trying to get my blog to rank for some targeted keywords but
    I’m not seeing very good results. If you know of
    any please share. Many thanks! You can read similar art here: Sklep internetowy

  3. Hey! Do you know if they make any plugins to
    assist with SEO? I’m trying to get my blog to rank for some targeted
    keywords but I’m not seeing very good gains.
    If you know of any please share. Thanks! You can read similar blog here: Sklep online

  4. Howdy! Do you know if they make any plugins to assist with SEO?
    I’m trying to get my blog to rank for some targeted keywords but I’m not seeing very good success.
    If you know of any please share. Kudos! You can read similar
    art here: Sklep

  5. Hey there! Do you know if they make any plugins to help with SEO?
    I’m trying to get my blog to rank for some targeted keywords but
    I’m not seeing very good results. If you know of any please share.
    Appreciate it! You can read similar art here: E-commerce

  6. Hey! Do you know if they make any plugins to assist with SEO?
    I’m trying to get my blog to rank for some targeted keywords but I’m not seeing very good
    gains. If you know of any please share. Many thanks!
    You can read similar text here: Ecommerce

  7. Hi there! Do you know if they make any plugins to help with Search Engine
    Optimization? I’m trying to get my site to rank for some targeted
    keywords but I’m not seeing very good gains. If you know of any
    please share. Cheers! I saw similar art here:
    GSA Verified List

  8. Hi there! Do you know if they make any plugins to help with Search Engine Optimization? I’m trying to get my website
    to rank for some targeted keywords but I’m not seeing very good results.
    If you know of any please share. Many thanks!
    You can read similar blog here: Link Building

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ces articles pourraient vous fraiser !

Newsletter Avril 2021

Newsletter Avril 2021

La saison s’annonce et nous avons la patate ! Notre combat : le plaisir de manger bon et sain pour les bambins haut comme trois pommes, où qu’ils soient (maison, cantine, crèche, centre de loisirs, restaurants) et quel que soit le moment de la journée (petit-déjeuner, déjeuner, goûter, dîner).

Au programme de cette feuille de choux, nos dernières nouvelles fraîches !

lire plus
DES WEBINAIRES INSPIRANTS SUR L’ALIMENTATION DES ENFANTS ACCESSIBLES PARTOUT ET POUR TOUS ? VOTEZ RAMÈNE TA FRAISE…DANS TON ASSIETTE !

DES WEBINAIRES INSPIRANTS SUR L’ALIMENTATION DES ENFANTS ACCESSIBLES PARTOUT ET POUR TOUS ? VOTEZ RAMÈNE TA FRAISE…DANS TON ASSIETTE !

Dans le cadre de l’appel à projets lancé par la Région Occitanie sur l’alimentation durable, Ramène ta Fraise a été sélectionnée parmi les 140 candidatures déposées (74 lauréats ont été retenus).
Pour gagner, ce sont désormais les citoyens qui décident !
L’association a donc besoin de vos votes dès maintenant jusqu’au 15 février 2021, en cliquant sur le lien ci-dessous et en sélectionnant le projet Ramène ta Fraise (inscription obligatoire sur le site regioncitoyenne.fr) :
https://jeparticipe.laregioncitoyenne.fr/project/budget-participatif-alimentation-2020-occitanie/selection/vote-citoyen

lire plus

Pin It on Pinterest

Share This