L’alimentation en temps de confinement

L’alimentation en temps de confinement

L’alimentation en temps de confinement

Anthony Fardet, chercheur en alimentation préventive

Dominique Paturel, chercheuse en sciences sociales

L’association vous partage ici un article très intéressant, écrit par des chercheurs de notre région. En effet, la crise du COVID19 met au jour, de façon flagrante, ce qu’ils mettent en lumière depuis plusieurs années déjà : la rupture de l’égalité dans l’accès à l’alimentation. Si des consommateurs aujourd’hui arrivent à consommer des produits frais par le biais des circuits courts, d’autres avec des petits revenus comptent sur l’aide alimentaire pour y arriver. Entre les deux, une majorité de la population va s’approvisionner dans la grande et moyenne distribution. Découvrez le début de l’article ci-dessous et n’hésitez pas à consulter la suite via le lien en bas de page.

Si l’alimentation ne fait pas tout pour être en bonne santé, elle y participe grandement. Il est bon de se rappeler que sa fonction n’est pas seulement biologique (remplir les ventres), mais également sociale (être ensemble et se reconnaître dans une égale « citoyenneté alimentaire »), identitaire (liée à l’appartenance à une famille, une culture, une communauté, etc.) et hédonique. La tentation est grande en période de confinement de se tourner vers les produits ultra-transformés, qui se conservent très longtemps, sont très appétents et souvent moins chers que les produits frais. Ils peuvent en effet constituer des aliments « réconfort » en période anxiogène, notamment car riches en sucres, sel et/ou gras.

On ne saurait donc trop conseiller de profiter de cette période pour réapprendre à cuisiner soi-même à partir de produits bruts. Cela permet de découvrir de nouvelles saveurs, d’apprendre de nouvelles recettes, tout en se faisant plaisir ! C’est aussi l’occasion de prendre plus de repas en famille, un moment de partage et d’échanges.

Il est aussi important d’ajuster son alimentation à son niveau d’activité, probablement réduite en cette période. Aussi, trois repas par jour sont donc suffisants, tout en limitant les collations et le grignotage à des produits peu caloriques comme des fruits frais ou des boissons.

Au final, on ne saurait trop vous conseiller de consommer « Végétal, Vrai, Varié » (et si possible, bio, local et de saison) : davantage de produits végétaux (fruits, légumes, tubercules, céréales complètes, légumineuses, fruits à coque ou secs), pas trop transformés et diversifiés ; et d’aller vers moins de produits animaux, mais de meilleure qualité. Les conserves de fruits ou de légumes, si elles ne contiennent que de vrais ingrédients, constituent un moyen intéressant et bon marché de consommer plus végétal

 

0 Commentaires

Ces articles pourraient vous fraiser !

Ramène ta fraise !

FRAISEZ-NOUS SUR NOS RÉSEAUX !

Un peu de fraise power pendant le confinement !

Un peu de fraise power pendant le confinement !

Un peu de fraise power pendant le confinement !

Première semaine de confinement en France au compteur … Comment allez-vous ?

Le temps semble parfois long, mais il va falloir s’y accommoder car c’est parti pour durer quelques semaines. Nous avons décidé de vous écrire un petit mot : 

  • pour vous livrer quelques réflexions, c’est l’occasion de réfléchir et peut être (on l’espère) de repenser nos modes de fonctionnement et de consommation actuels
  • mais aussi pour vous donner quelques conseils pour garder la pêche : voir nos astuces fraise power plus bas.

Nous vous partageons tout d’abord un texte de notre ami, producteur, adhérent et moteur de l’association depuis sa création, sur la situation actuelle : https://loic-brute-de-remur.fr/2020/03/20/le-paradoxe-du-pangolin/.  Loïc, comme beaucoup de chef d’entreprises, est en difficulté économique. Si vous habitez proches de Saint Jean de Védas, et que vous n’avez plus de produits frais, n’hésitez pas à vous approvisionner en asperges, fraises, et premiers légumes de printemps en contactant Les Vergers de Saint Jean (magasin près du Chai du Terral).

  

Dans son article, il est question de « circuits courts ». Circuits courts ? Nous en avons tous déjà entendu parler, c’est tendance … Mais l’applique t’on vraiment à notre quotidien ?

Au sein de l’association, nous pensons que c’est le moment où jamais de changer radicalement nos modes de fonctionnement et de nous tourner vers les producteurs locaux et les enseignes qui ont fait le choix du local comme le Locavorium (Saint Jean de Védas et Fréjorgues), La Cagette (centre-ville) ou d’autres proches de chez vous. Bien sur, cela en sortant le moins possible pour faire des courses en cette période et en respectant les gestes barrières.

On parle enfin de résilience alimentaire, un sujet que Stéphane Linou, pionnier du locavorisme en France, défend depuis déjà … 20 ans ! Stéphane et la sénatrice de Haute-Garonne (Occitanie) Françoise Laborde, souhaitent « prendre au mot le Président Macron » et lui proposer la mise en place d’un groupe de travail pluridisciplinaire, en dehors de la gestion de crise, pour jeter les bases d’une résilience alimentaire articulée avec la sécurité nationale, comme la sénatrice l’avait proposé… en décembre dernier au Sénat. D’une pierre, plusieurs coups, cela permettrait selon Stéphane de « construire la résilience alimentaire des territoires et préparer les populations pour, en même temps, répondre aux défis climatiques et énergétiques. »

En attendant de pouvoir engager ces sujets après la sortie de crise, nous souhaitions vous livrer quelques conseils simples, pour rester en forme.

Nos astuces fraise power 

Nous voyons de nombreuses infos et vidéos pour nous guider et faire de l’exercice et c’est une excellente chose. Mais n’oublions pas, que pour être en forme, il faut aussi bien s’alimenter. Au sein de l’association, nous prônons le fait maison, ça tombe bien, nous avons pour la plupart d’entre nous … du temps ! Nous allons pouvoir aussi faire appel à notre créativité, car il faut parfois réinventer les recettes avec les ingrédients dont nous disposons. Alors soyons créatifs et faisons le plein de bons aliments et de produits frais si nous le pouvons. Nos 5 grands conseils :

Faire des préparations maison

 

Manger régulièrement des fruits et légumes crus (s’il vous en reste) ou privilégier des cuissons douces comme la vapeur pour faire le plein de bonnes choses pour notre corps

 

Penser aux légumineuses dont les modes de préparation sont très variés (curry, galettes, salades, …)

 

Prendre son temps pour manger et bien mastiquer

 

Privilégier les produits de saison de nos producteurs locaux

Nous allons partager sur notre compte instagram quelques photos des réalisations des petites fraises de l’association, pour vous donner des idées. N’hésitez pas à nous envoyer les vôtres 

Nous vous souhaitons un très beau week-end ensoleillé. Ayons tous une pensée et le plus grand respect pour le courage et la détermination de tous les soignants, du généraliste de famille aux personnels des hôpitaux. Et rappelons nous, pour les aider : restons chez nous !!

 

Prenez soin de vous

 

La Team Ramène ta fraise vous invite à nous rejoindre sur les réseaux pour suivre toutes nos actus : 

https://www.facebook.com/alimentationenfants/

https://twitter.com/TaRamene

https://www.instagram.com/associationramenetafraise/

0 Commentaires

Ces articles pourraient vous fraiser !

Ramène ta fraise !

FRAISEZ-NOUS SUR NOS RÉSEAUX !

Pour Stéphane Linou, manger local est « une question de sécurité nationale »

Pour Stéphane Linou, manger local est « une question de sécurité nationale »

Pour Stéphane Linou, manger local est « une question de sécurité nationale »

 

Écrit par Xavier Terrien / L'Actu Ramène ta fraise

28 Août, 2019

Dans l’Aude, Stéphane Linou* est l’un des tout premiers locavores de France depuis plus de dix ans. Pour lui, consommer local est bien plus qu’une mode, c’est un nécessité. 

En septembre 2008, Stéphane Linou, habitant de Castelnaudary, a été le premier à se revendiquer locavore en France, en décidant de se nourrir uniquement d’aliments produits à moins de 150 kilomètres de chez lui, pendant un an. Référence en matière de consommation locale, il porte un œil attentionné sur le jour du dépassement. Mercredi 1er août 2018, l’humanité a en effet consommé l’ensemble des ressources renouvelables que la planète est capable de régénérer en une année, selon l’organisation non gouvernementale Global Footprint Network.

« Cyberattaque »

« Le jour du dépassement a le grand mérite de  »pédagogiser » une notion qui n’est pas véritablement regardée en face : laconsommation des ressources », commente Stéphane Linou.

« Pour moi, la résilience alimentaire, c’est-à-dire notre capacité à faire face à une pénurie alimentaire, est une question de sécurité nationale », alerte Stéphane Linou. Le premier locavore de France argumente : « Aujourd’hui, même les campagnes ne sont plus autonomes en matière d’alimentation. Nous ne sommes plus capables de faire face à une pénurie. Tout dépend des transports, car les enseignes d’alimentation privées n’ont que trois jours de stock. À l’heure où tout est interconnecté, qu’arriverait-il en cas de cyberattaque, par exemple, visant les approvisionnements ? Ou si un pays producteur décidait de moins produire ? Des troubles à l’ordre public… »

E = MC²… revisité !

Pour mieux étayer son scénario catastrophe, le locavore détourne un repère universel : l’équation E = MC² d’Albert Einstein. « E devient la masse d’énergies sur Terre (renouvelables, pétrole, gaz…), M devient la consommation de l’Homme. C² devient la surface du sol où il trouve de l’énergie alimentaire divisée par le temps passé à la transformer. Le signe = devient le régulateur, c’est-à-dire la politique, résume-t-il. Ma démonstration n’a rien de scientifique, elle se veut juste pédagogique ! »

Lire la suite de l’article sur l’Actu.

* Stéphane Linou était le grand invité de Ramène Ta Fraise pour une conférence à Montpellier au printemps 2019.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

0 Commentaires

Ces articles pourraient vous fraiser !

C’est quoi le « locavorisme » ?

C’est quoi le « locavorisme » ?

C’est quoi le « locavorisme » ?

 

Écrit par Lauréna Valette / Notre TempsRamène ta fraise

28 Août, 2019

La dernière tendance en cuisine c’est le locavorisme. Privilégier les produits et aliments locaux et faire vivre les petits producteurs.

Un nouveau mot un peu spécial vient de s’ajouter à la liste des régimes alimentaires : le locavorisme. Mais qu’est-ce-que c’est ? Ne pensez pas que vous allez arrêter de manger tel ou tel produit, le locavore a un but bien précis et cette tendance va très vite vous séduire.

ÊTRE LOCAVORE, QU’EST-CE-QUE C’EST ?

Le locavorisme est un mouvement qui prône la consommation de nourriture produite dans un rayon restreint autour de son domicile. On choisit donc d’acheter des produits aux producteurs locaux, on privilégie les produits frais et de saison et on favorise le maintien des populations sur le territoire. Exit donc les aliments qui arrivent de pays étrangers. Ce mouvement permet de réduire l’impact de l’alimentation sur l’environnement. Comment est-ce possible ? Si vous achetez vos bananes directement chez le producteur, vous êtes sûres qu’elles n’ont pas traversé l’océan en avion.

MAIS COMMENT ON DEVIENT LOCAVORE ?

81 % des Français sont prêts à dépenser plus pour un produit, s’il est local. Il faut donc commencer par chercher des producteurs autour de chez soi pour y faire ses achats. Dans les supermarchés, on retrouve de plus en plus des produits locavores rangés dans des rayons entiers dédiés aux produits locaux. Les petits commerçants commencent également à adopter cette tendance. Il faut toutefois se méfier, aucun label n’existe pour le moment. Si vous recherchez des producteurs et artisans locavores, le site locavor.frpropose un annuaire par ville. De nombreux restaurants ont également adopté le mouvement et propose des plats préparés à base de produits locaux.

Pour résumer : on favorise les aliments et produits locaux, ce qui permet de faire vivre les producteurs. Vous dégustez des produits de meilleure qualité et il n’y a pas d’impact sur l’environnement (comme le transport des aliments est réduit).

Alors, on devient locavore ?

 

 

 

 

 

 

0 Commentaires

Ces articles pourraient vous fraiser !

Trouve des producteurs locaux avec Locavor.fr !

Trouve des producteurs locaux avec Locavor.fr !

Trouve des producteurs locaux avec Locavor.fr ! 

 

Écrit par Locavore.frRamène ta fraise

28 Août, 2019
0 Commentaires

Cette plateforme permet de commander des produits locaux en circuit court aux producteurs et artisans proches de chez vous et de les récupérer chaque semaine dans un point de distribution voisin.

Vous voulez en savoir plus sur le locavorisme ? Comment ça marche ? Comment devient-on locavore ? 

Comment trouver des producteurs et artisans locaux autour de chez moi ? 

Toutes les explications sont sur le site locavor.fr

 

 

 

Ces articles pourraient vous fraiser !

Alimentation : du producteur au consommateur…en passant par le Locavorium

Alimentation : du producteur au consommateur…en passant par le Locavorium

Alimentation : du producteur au consommateur…en passant par le Locavorium

Écris par Ramène ta fraise

1 Mai, 2019

Privilégier les circuits courts pour remplir nos assiettes, une pratique de plus en plus fréquentes chez les consommateurs.

A Saint-Jean-de-Védas, à l’ouest de Montpellier, les clients, dit aussi locavores, trouvent sur les étales uniquement des fruits et légumes de saison dans les étales du Locavorium.

Des produits cultivés dans un rayon de 150 kilomètres. Les producteurs livrent la supérette une à deux fois par semaine. Un circuit court qui bénéficie au producteur et au consommateur.

0 Commentaires

Ces articles pourraient vous fraiser !

Céréales, boissons, biscuits… L’UFC-Que Choisir alerte sur le Nutri-Score d’aliments pour enfants

Céréales, boissons, biscuits… L’UFC-Que Choisir alerte sur le Nutri-Score d’aliments pour enfants

L’association de consommateurs UFC-Que Choisir a passé au filtre du Nutri-Score une trentaine d’aliments et de boissons destinés aux enfants. Si celui-ci était affiché sur la plupart des produits, plus d’un parent hésiterait à les acheter…

lire plus

Ramène ta fraise !

FRAISEZ-NOUS SUR NOS RÉSEAUX !

Pin It on Pinterest