Faut-il bannir les nuggets des menus enfants?

 

 

Écrit par Nadia Daam de Slate Ramène ta fraise

28 Août, 2019

Aux Etats-Unis, une association milite pour que les menus enfants servis dans les restaurants soient plus variés et équilibrés, qu’ils ressemblent à ce que mangent les adultes mais dans des portions plus petites.

«Eeeeeerk», «Pourquoi on doit manger du savon?», «C’est seeeec». Voilà le type de réactions suscitées par un menu gastronomique à 220 dollars quand il est servi à des enfants de 8/9 ans. A l’occasion d’un numéro spécial dédié à la cuisine, le New York Times avait eu l’idée d’inviter 6 élèves de « second grade » (l’équivalent de notre CE1) au célèbre restaurant new-yorkais Daniel. En dehors du faux-filet de boeuf wagyu (rebaptisé steak par les petits) et des madeleines citronnées, rien n’a trouvé grâce aux papilles des enfants: ni les raviolis à la poitrine de porc, ni la salade de homard, ni même le gâteau chocolat noisettes.

La séquence tendrait à prouver qu’en termes de gastronomie, les enfants ne jurent que par la simplicité et la monochromie, et que les nouilles, saucisses et autres croque-monsieur suffisent à leur bonheur. Coup de bol, c’est ce qui est essentiellement présenté sur les cartes des menus enfants.

 

Les menus servis aux petits Américains diffèrent assez peu de nos cartes françaises avec leurs sempiternels bâtonnets de poulets, pizzas et autres mac’n cheese. Et c’est l’homogénéité et surtout le peu d’audace des plats proposés aux moins de 12 ans dans les restaurants qui a conduit une association à militer pour plus de variété.

«Je veux manger comme les grands»

La campagne Kids food reboot menée par Lynn Fredericks est en effet parvenue à rallier des parents et des restaurateurs à sa cause: faire manger autre chose aux enfants quand on les emmène au restaurant, quitte à les arnaquer un peu. C’est notamment la stratégie adoptée par Todd Gray, le chef du restaurant Equinox à Washington: «Les enfants se rebellent contre la nourriture à un âge très précoce, surtout s’ils savent que l’on veut leur refourguer une alimentation saine. Alors, j’essaye de leur donner une nourriture qui est bonne pour eux sans leur dire que c’est bon pour eux.»

Lire la suite de l’article sur Slate.  

 

 

 

 

0 Commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ces articles pourraient vous fraiser !

Pin It on Pinterest

Share This