Fraise aux questions

Il y a beaucoup d’informations contradictoires sur la « bonne alimentation ». Comment je m’y retrouve ?

C’est précisément le constat de départ qui a stimulé notre envie de créer une association : nous sommes quotidiennement noyés sous un flux continu d’informations toujours nombreuses et parfois clivantes, dogmatiques voire volontairement orientées sur la thématique de la bonne alimentation.

L’ambition de Ramène ta fraise est de donner une information éclairée et nuancée sur ces sujets liés à l’éducation alimentaire de nos bambins, sans dogmatisme, sans idées reçues ni culpabilisation des parents ou des enfants.

Les informations pertinentes doivent être délivrées par des professionnels de ces sujets, par le biais d’étude scientifiques, d’articles et de conférences. Mais notre ambition est également de fédérer, mettre en lumière et rassembler toutes les magnifiques initiatives individuelles et collectives qui existent d’ores et déjà et qui méritent d’être partagées auprès du plus grand nombre, dans le but de stimuler et influencer nos comportements.

Je veux agir au coeur de l’action: adhérer.

Je veux découvrir les initiatives : ils agissent.

Je m’intéresse à l’alimentation des enfants : 

J’agis pour la santé des enfants

J’agis là où mangent les enfants

J’agis en changeant mes habitudes

Comment fait-on pour connaître le contenu de l’assiette servi à la cantine scolaire ?

Il s’agit tout d’abord de consulter les menus détaillant les repas servis à vos enfants et qui sont consultables au sein de l’école. Puis, si vous voulez en savoir plus sur la composition des repas et l’origine des produits, n’hésitez pas à interroger les élus de votre commune et la direction de la cuisine centrale qui est en charge de la fabrication des repas scolaires.

Vous trouverez sur notre site tous les outils qui vous permettront de ramener votre fraise sur le sujet ! Pour une bonne cantine

Pourquoi le plastique dans l’alimentation est dangereux pour la santé des enfants ?

Faire manger du plastique à vos enfants, ça ne vous viendrait pas à l’idée, non ?

Figurez-vous que le plastique des barquettes dans lequel sont préparés les plats industriels opère une migration vers les aliments lors du réchauffage. Ce qui revient à ingérer des composants de plastique à la dégustation ! C’est notamment le cas de beaucoup de plats préparés achetés en grande distribution, mais aussi des repas servis en restauration scolaire.

La nocivité de ces barquettes en plastique, qui contiennent des perturbateurs endocriniens, sur la santé des enfants est désormais scientifiquement admise. J’agis contre le plastique

(lien vers études + site collectif sans plastique + vidéo conférence Sultan du 5 mai, etc.).

De plus ces barquettes, difficilement recyclables, sont un désastre sur le plan environnemental.

Ce sont les raisons pour lesquelles, à Ramène ta fraise, en l’absence de substitut ayant fait leur preuve de totale innocuité à date, on prône pour un retour aux bonnes vieilles méthodes d’antan dans les cantines scolaires : l’utilisation de contenants inertes et réutilisables tels que les bacs en inox, verre ou porcelaine.

Comment puis-je sensibiliser ma famille à la « bonne alimentation » ?

À Ramène ta fraise, nous sommes adeptes de la théorie des petits pas. Car le changement est avant tout une affaire de temps et de patience…

Lentement mais sûrement, faites-en sorte de substituer un produit ultra transformé ou en boîte par sa version surgelée ou fraîche. Par exemple, une bonne façon de commencer est de cuisiner ses propres soupes maison (simplissime !) plutôt que leur version sans saveur et archi salée achetée en briques alimentaires.

Une excellente méthode consiste aussi à impliquer tous les membres de la famille dans cette belle aventure de prise en main de son alimentation : faire les courses, aller au marché, cuisiner, assaisonner, ou même faire pousser ses tomates cerises ! C’est l’affaire des adultes comme des enfants, et nul doute que les plus petits ne seront pas les derniers à vouloir lécher la casserole !

Retrouvez notre rubrique des petits pas.   

C’est quoi un « bon goûter » ?

Très vaste sujet ! Nous avons interrogé plusieurs nutritionnistes et il n’y a pas de réponse unique : la quantité et le contenu du goûter doivent être adaptés aux besoins de notre enfant. 

Avec un peu de bon sens, on se dit quand même qu’un bon goûter, c’est d’abord évidemment celui qui fait plaisir à l’enfant et dont il ne restera pas une miette. Mais c’est aussi un goûter équilibré qui limite autant que possible l’apport en sucres ajoutés, graisses et additifs.

Alors, si on a le temps et l’énergie, on privilégie le « fait maison », qui n’est pas nécessairement compliqué ni chronophage. Vous trouverez plein d’idées recettes ici ! faire des recettes maison et retrouvez aussi beaucoup d’astuces sur notre Instagram Et pour le reste, on fait le tri parmi les goûters industriels en prenant soin de retourner les emballages pour lire les étiquettes ! 

Enfin, si vous prenez soin d’éviter les emballages uniques en privilégiant l’usage de jolies boîtes ou sacs à goûter : voir La maison des Makers, et en adoptant des gourdes à compote réutilisables, vous devenez le Masterchef du Goûter ! Quitte à rendre fou.olle de jalousie les copains.ines de votre enfant (et leurs parents !)…

Mon enfant n’a pas faim à l’heure du petit déjeuner. Que faire ?

Faites-vous confiance ! Il n’y a pas pire scénario que de commencer la journée par la gestion de crise d’un enfant bougon qui refuse d’avaler son petit déjeuner.

Si votre enfant n’a pas faim dès le lever, proposez-lui un peu plus tard. Il.elle peut par exemple le manger sur le chemin de l’école ou l’emporter dans son cartable un encas pour la récré du matin.

À quoi sert de trier et valoriser mes restes et déchets alimentaires ?

Trier ses restes et déchets, c’est avant tout se rendre compte de la quantité d’aliments périssables qu’on gâche et de la masse d’emballages qu’on jette quotidiennement : sensation de vertige assurée !

Ensuite, c’est prendre soin de donner une seconde vie à nos achats alimentaires, pour faire rimer écologie avec économies. Ainsi, avant même d’envisager de jeter, pensez à accommoder les restes. Par exemple, les restes de pot au feu du dimanche soir peuvent se transformer en mironton de bœuf le lundi et en délicieuses croquettes le mardi. Une préparation = trois repas !

Voir nos recettes

Et pour les déchets alimentaires qui ne sont plus consommables, je m’équipe d’un composteur, soit à la maison, soit en alimentant un composteur collectif de quartier. Ce compost servira d’engrais naturel à vos futures plantations, ou celles du square du coin de la rue.

On nous dit que l’abus de sucre est mauvais pour la santé, mais comment faire pour savoir s’il y en a dans les produits que j’achète ?

Ah les fameux sucres cachés ! Les produits industriels y compris salés, en sont farcis, même ceux qu’on ne soupçonne pas : sauce barbecue, petits pois en conserve, pain de mie, …

Le plus simple pour s’en rendre compte est de décrypter les étiquettes des emballages des produits en magasin. Pour cela, il suffit de lire la liste des ingrédients et de consulter l’étiquette nutritionnelle qui donne la teneur totale en sucre pour 100g.

Une astuce à retenir : tous les ingrédients qui finissent par -ose sont des dérivés du sucre : fructose, glucose, saccharose, etc.

Retrouvez nos actions pour moins de sucres

Dois-je servir de la viande à table tous les jours ?

Non, pas forcément. Les aliments sources de protéines sont nombreux et ils regorgent de saveurs et de textures différentes. Alors il serait dommage de s’en priver, non ? 

Les légumineuses par exemple (lentilles, pois chiches, haricots secs, etc.) sont une excellente alternative aux protéines animales, et permettent de varier les plaisirs !

Retrouvez des astuces pour changer ses habitudes dans notre rubrique dédiée

Si je donne des haricots verts en boite, c’est la même chose que surgelé ou frais ?

Manger des légumes, c’est sans conteste bon pour la santé. Et la boite de conserve, c’est archi pratique quand on dispose d’un temps restreint pour la préparation du repas.

En revanche, les légumes conditionnés en boites de conserve sont globalement moins riches en nutriments que les légumes frais ou surgelés. Il y a également des différences de gout et de texture entre un produit en boite, son équivalent en sachet congelé non transformé et celui acheté frais.

Donc, il est préférable d’user de bon sens en adaptant l’origine du produit en fonction du temps imparti (oui, on n’a pas toujours une heure devant soi pour équeuter des haricots verts un soir de semaine !), de la saison (pas de haricot vert frais en janvier !) et de la recette (purée ou poêlée ?).

Retrouvez notre rubrique d’actions pour des fruits et légumes de saison.

Bien manger est-ce forcément plus cher ?

Certes, les produits alimentaires de qualité ont un coût supérieur à l’achat.

Il n’y a pas de miracle : un fruit ou un légume cultivé en tenant compte des normes de production raisonnée, par un agriculteur tentant de vivre décemment de son labeur, a un coût. Mais vos papilles et celles de vos bambins le valent bien !

Et cela étant, même quand on a budget alimentaire limité, on peut aisément acheter des produits de qualité en adaptant durablement sa façon de consommer. Faites le plein d’astuces en privilégiant les produits locaux et de saison, en faisant les courses par le biais de circuits courts limitant les intermédiaires distributeurs et en adaptant la composition des repas : Et si ma savoureuse carotte devenait l’élément principal de mon repas plutôt qu’un simple accompagnement de mon plat ? 

Retrouvez nos recettes maison !

Pourquoi les menus enfants servis aux restaurants sont le plus souvent composés de frites et de crème glacée bas de gamme ?

Excellente question ! Mille mercis de nous l’avoir posé !

Probablement parce que l’extrême majorité des restaurateurs a oublié que le palais de notre progéniture se développait dès sa plus tendre enfance ; et que l’on allait au restaurant en famille, (non pas seulement) par flemme d’enfiler son tablier de cuisine, mais aussi parce qu’on a envie de découvrir ensemble de nouvelles saveurs ! 

Nous avons commencé à collecter les adresses de restaurants d’Occitanie qui proposaient des menus enfants savoureux et nous sommes évidemment très preneurs de toutes vos bonnes adresses !

Et pour rappel, prendre le menu enfant au restaurant n’est JAMAIS une obligation. Alors pourquoi ne pas plutôt demander une demi portion d’un plat adulte quand cela est possible ? 

Je m’intéresse au sujet de l’alimentation des enfants et j’aimerais bien faire quelque chose. Mais je ne sais pas comment faire ni par où commencer. Comment faire ?

Tout d’abord, sache que ton intérêt pour la question est précieux : la prise de conscience des enjeux liés à notre manière de consommer et dont nous nous alimentons en famille est primordiale, pour des questions d’ordre sanitaire, environnementale et sociétale.   

Tu trouveras sur ce site des informations pertinentes visant à t’éclairer sur les thématiques qui t’intéressent, découvrir et mettre en pratique des initiatives éprouvées ô combien inspirantes et s’équiper d’outils « clé en main » pour agir à ton niveau.    

Et si tu souhaites échanger avec d’autres membres partageant un intérêt commun, soutenir nos actions ou participer activement à nos actions concrètes, n’hésite pas à nous rejoindre en adhérant à l’association Ramène ta fraise : ici

garçon croque pomme

Vous voulez des nouvelles fraîches ?

Mille fraises merci !

Pin It on Pinterest

Share This